Blog Bourse des Vols > Focus > Découvrir la Norvège en 6 livres

Découvrir la Norvège en 6 livres

La littérature norvégienne a su conquérir le cœur d’un grand nombre de lecteurs. Elle détonne par ses sujets mais surtout par la façon dont elle vous transporte à travers les paysages et les mœurs de la Norvège. Plusieurs auteurs proposent différents genres, le roman réaliste, sociologique, la poésie mais aussi des essais philosophiques. Laissez-vous porter grâce à cette sélection d’œuvres littéraires dans une Norvège comme vous l’avez rarement lue.

Le livre de Dina, Les limons vides d’Herbjørg Wassmo
Ce livre vous donnera l’envie de visiter ce pays lointain qu’est la Norvège. Le premier tome se concentre sur l’enfance de la norvégienne Dina et de sa vie dans le pays. Vous serez témoin du décès de sa mère, de son caractère aussi attachant que repoussant et de sa transition vers l’âge adulte dans le Nordland. Laissez-vous happer par cette histoire qui dépeint les paysages froids et isolés du nord de la Norvège au XIXème siècle.
L’écrivaine, native de ce pays, connaît son climat et ses changements de saisons sur le bout des doigts. Ses descriptions poussées vous plongeront dans le froid et l’ambiance lugubre de cette époque. Ce livre a été adapté au cinéma en 2002 par Ole Bornedal. Lisez Les Limons vides et découvrez à travers ses pages la Norvège, ses vastes étendues peuplées de forêts, de cascades et de plaines arides.

article-les-limons-vides

Le livre de Dina, Les limons vides, Herbjørg Wassmo, © 10/18 – 2002

Une maison de poupée, Henrik Ibsen
Comme toujours chez Henrik Ibsen, les êtres sont confrontés à une société qu’ils ne comprennent pas. Dans Une maison de poupée (1879), Nora, jeune mère de famille, est enfermée dans le rôle de l’épouse modèle. Elle doit faire vivre son foyer, s’occuper de ses enfants, être belle et toujours de bonne humeur. Mais très vite, on comprend qu’elle cache un secret. La crise couve dès le début jusqu’à la révélation finale. Un texte d’une lucidité saisissante qui fait d’Ibsen un classique de la littérature norvégienne.
Une maison de poupée dépeint une Norvège emplie de normes sociales et critique les rôles traditionnels des femmes et des hommes au sein du mariage. Cette pièce de théâtre ouvre une brèche vers le féminisme que l’on retrouvera un siècle plus tard avec la libération sociale des femmes dans les années 1960-70 et qui résonne encore aujourd’hui.

article-une-maison-de-poupee

Une maison de poupée, Henrik Ibsen, © Livre de poche – 1990

Voyage dans le Nord, Karel Capek
En 1936, alors que l’Europe s’apprête à sombrer dans le chaos, Karel Capek embarque pour un voyage en train vers le Nord. A bord du Hakon Adalstein, l’écrivain tchèque s’amuse des vaches tachetées danoises, du rouge des maisons suédoises et finit par tomber amoureux de la Norvège et de ses fjords échancrés. Dans des descriptions lyriques, teintées d’une douce ironie, le voyageur nous raconte son émerveillement pour le Cap Nord, cet endroit au-delà du cercle polaire où le jour ne disparait plus l’été.
Karel Capek ne se contente pas d’écrire, il dessine. Dans un élan naïf, sa plume croque l’effervescence des ports, les forêts à perte de vue, la quiétude des villages. Au fil de ses mots et de ses croquis, l’écrivain profile un portrait éblouissant de la nature et de la lumière nordique. Un livre magnifique qui vous donnera, vous aussi, envie de lever les voiles.

article-voyage-vers-le-nord

Voyage dans le Nord, Karel Capek, © Les éditions du sonneur – 2010

Et il foula la terre avec légèreté, Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau
Jeune ingénieur français, Ethan est envoyé aux îles Lofoten afin de prospecter pour une compagnie pétrolière. Dans ce bout du monde norvégien, niché au-delà du cercle polaire, le jeune homme doit se familiariser avec une nature aussi intimidante que préservée. Mais pour combien de temps encore ? Entre la passion de son travail et ses convictions écologiques naissantes, le scientifique essaye de trouver un chemin sous un ciel qui s’embrase d’aurores boréales.
Œuvre de Laurent Bonneau (qui signe les splendides aquarelles) et de Mathilde Ramadier, cette bande dessinée se lit comme un hommage au philosophe Arne Naess qui invite l’Homme à se questionner sur le lien qui l’unit à la nature. Et cette BD, tel un voyage poétique et poignant, nous accompagne merveilleusement dans cette réflexion !

article-foula-la-terre-avec-légèreté

Et il foula la terre avec légèreté, Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau, © Futuropolis – 2017

Pour une écologie joyeuse, Mathilde Ramadier
Les Norvégiens ont un lien si fort avec la nature qu’ils ont créé un mot : « frilufstliv » qui signifie « être serein grâce à elle ». Est-ce pour cela qu’ils sont les habitants les plus heureux de la planète ? Certainement, à en croire le philosophe Arne Naess auquel Mathilde Ramadier (encore elle !) consacre un brillant essai. Militant et alpiniste norvégien, il est à l’origine du mouvement de l’écologie profonde.
Ce mouvement invite l’Homme à ne plus voir la nature comme une ressource extérieure, mais comme une entité dont il fait partie au même titre que les autres espèces. Le philosophe invite à s’inventer une vie plus écologique sans totalement bouleverser ses habitudes afin de trouver la voie vers le bonheur.
Renommé dans son pays natal, le philosophe est peu connu en France. Espérons que cet ouvrage aidera à faire connaitre son « écosophie » au plus grand nombre.

article-ecologie-joyeuse

Pour une écologie joyeuse, Mathilde Ramadier, © Acte Sud – 2017

La honte, Bergljot Hobæk Haff
La honte est le récit d’Idun Hov, une femme de 56 ans déséquilibrée et plusieurs fois internée. Après une énième escapade mouvementée, elle est hospitalisée et mise sous tutelle. Écrivain sans succès, elle décide de raconter son histoire et celle de sa famille sur trois générations. C’est à travers sa recherche d’identité et ses relations familiales tumultueuses que nous découvrons la société norvégienne du XXème siècle.
Berglojot Hobaek Haff utilise les relations troubles de cette famille religieuse avec le pouvoir nazi durant la Seconde Guerre Mondiale pour évoquer la montée du nazisme et les sentiments de honte et de culpabilité éprouvés par les collaborateurs norvégiens. L’histoire nazie reste un sujet sensible dans un pays où de nombreux « enfants de boches » (nés d’un père allemand et d’une mère norvégienne) ont été traités comme des malades mentaux et maltraités pendant des années.

Vols associés

Copyright © 2013 Le blog BDV. All rights reserved.