Blog Bourse des Vols > Focus > En mai, Fès ce qu’il te plaît !

En mai, Fès ce qu’il te plaît !

On la surnomme l’« Athènes d’Afrique ». Fondée au IXe siècle entre les massifs du Rif et du Moyen Atlas et aujourd’hui deuxième ville du pays, cette ancienne capitale du Maroc n’a rien perdu de sa splendeur. En un mot, Fès sonne comme un condensé de culture et d’authenticité !

fès-generique-image-article

Fès peut non seulement s’enorgueillir de posséder la plus grande médina du monde arabe, mais aussi l’une des plus belles ! Encerclée par des kilomètres de remparts, elle se déploie sur 200 hectares, inscrits au Patrimoine mondial de l’Humanité. Dans la médina, le charme opère à coup sûr : au gré des ruelles pittoresques et du claquement du pas des ânes sur le pavé, laissez-vous surprendre par les joyaux de l’architecture marocaine.

fès-portes-de-la-medina-image-article

Une promenade en bonne et due forme commence par Fès-el-Bali, le quartier le plus ancien de la ville. Bab Boujloud, la « Porte bleue », est un lieu de rendez-vous pour les habitants. Vieux de plus de dix siècles, ce symbole de Fès est émaillé de milliers de céramiques bleues et vertes. De là, deux artères principales, Talaa Kebira (la « grande pente ») et Talaa Seghira (la « petite pente ») mènent au cœur de la médina. Qui s’y aventure prend un risque : celui de se perdre dans un labyrinthe de merveilles, de parfums et de chaleur ! Pour vraiment comprendre l’histoire de la ville, marchez jusqu’au mausolée de Moulay Idriss. C’est dans ce sanctuaire somptueux que repose le fondateur de Fès.

fès-portes-bleues-boujloud-image-article

Fès n’est pas la capitale culturelle et spirituelle du Maroc pour rien. La médina regorge de médersas, ces établissements où l’on étudie le Coran et les disciplines classiques. Ces lieux de savoir sont généralement ceints d’arcades richement décorées et de cours intérieures, parfois ornées d’une fontaine. À voir en priorité, les médersas Boui Iniana et Attarine. La première se distingue par son minaret, la seconde par la beauté de ses sculptures et le raffinement de ses zelliges, petits morceaux de faïence teintés. La mosquée Al Quaraouiyine est un autre incontournable de Fès. Cet édifice religieux du Xe siècle est connu dans tout le Maroc pour abriter l’une des plus vieilles universités au monde. Attention cependant, seuls les musulmans sont autorisés à y pénétrer.

fès-medersa-bou-inania-image-article

Vous l’avez bien remarqué en remontant Talaa Kebira : la médina est le cœur commerçant de la ville. Ici, on se déplace de souk en souk, certain de trouver son bonheur au détour des couleurs pétillantes des échoppes. Souk aux épices, aux plantes, au henné, aux poteries… Il y en aura pour tous les goûts ! Fès se veut la gardienne de savoir-faire traditionnel. Des chaudronniers de la place Seffarine en passant par les ébénistes de la place Nejjarine, les dinandiers et les tanneurs de Chouara, ce sont quelque 50 000 artisans qui perpétuent leur art sous les yeux éblouis des passants. Les tanneries se situent un peu à l’écart, à l’est de la ville. Si vos narines risquent d’être chatouillées, le détour en vaut le coup.

fès-artisana-tannerie-image-article

Des airs d’Espagne au beau milieu du Maroc ? Vous ne vous y trompez pas : vous voilà dans le quartier andalou de Fès ! Dès le IXe siècle, la ville accueille de nombreux musulmans originaires d’Andalousie qui fuient l’Espagne. Installées dans les quartiers est de Fès, ces familles apportent avec elles un art de vivre et des techniques architecturales. En témoignent la mosquée des Andalous, l’une des plus importantes de la ville, ainsi que la medersa Es-Sahrij, réputée pour la beauté de son patio, agrémenté d’un bassin. Admirez également les balcons en bois des maisons du quartier.

fès-quartiers-andalous-image-article

Intéressez-vous ensuite à Fès-el-Jdid, la ville nouvelle, construite au sud de la médina par la dynastie des Mérinides. Sur la place des Alaouites, votre regard sera obligatoirement attiré par le Palais royal. Si les Fassi (habitants de Fès) ont l’espoir qu’il soit ouvert un jour au public, ils peuvent déjà admirer les portes monumentales de l’édifice. Les mosaïques colorées et les dorures en disent long sur les merveilles que doit renfermer cette demeure. À l’est, ne manquez pas l’ancien quartier juif, pour la synagogue Ibn Danan et sa Torah du XVIIe siècle. Au nord, vous apprécierez l’ombre du jardin Jnan Sbil, mais également ses sept hectares de verdure, où fleurissent des espèces botaniques recherchées.

fès-portes-du-palais-royal-image-article

Fès est une ville qui se visite à pied. Pour avoir une vision de l’itinéraire parcouru, rien de mieux que de prendre un peu de hauteur. Les tombeaux des Mérinides, situés à l’écart de la médina, combleront vos envies de calme et de sérénité. Vous y trouverez quelques vestiges de pierre, mais surtout une vue imprenable sur Fès et le dédale de ses artères. Comble du spectacle, s’y rendre au soleil couchant, lorsque la douceur envahit l’atmosphère. Soyez attentifs, en tendant l’oreille vous pourrez entendre le chant du muezzin qui s’échappe de la ville ! Autres options pour un panorama sur Fès, Borj nord et Borj sud, des forts bâtis au XVIe siècle pour protéger la cité.

fès-panorama-soleil-couchant-image-article

Chaleureuse, envoûtante et mystérieuse, Fès fait rimer saveurs de l’Orient et voyage hors du temps.

A lire aussi : Marrakech, la Perle du Sud

Vols associés

Copyright © 2013 Le blog BDV. All rights reserved.