Blog Bourse des Vols > A ne pas manquer > La Fête de Iemanjá

La Fête de Iemanjá

Le Brésil, c’est le mélange des gens, des genres, des couleurs. Terre d’asile et d’exil, elle embrasse les traditions de ses peuples. Ainsi, le 31 décembre 2015, Rio de Janeiro, comme chaque année, célèbrera la fête de Iemanjá, la déesse de la Mer.

fete-de-lemanja-rio-de-janeiro-article-fleurs-blanches

La fête de Iemanjá est moins connue que le carnaval de Rio, mais tout aussi célébrée. Lemanjá ou Yemoja est une déesse mère, elle est la mère des Orixás, les divinités de la nature. La légende veut qu’elle ait accompagné les esclaves dans leur voyage de l’Afrique, leur terre natale, vers les côtes brésiliennes. Elle est donc une divinité africaine, dont la croyance a survécu après les travaux d’évangélisation auprès des esclaves noirs.

Les missionnaires ont laissé le syncrétisme se faire pour ne pas décourager les conversions. Ainsi la déesse est célébrée dans les cultes afro-brésiliens comme le candomblé ou l’umbanda. Au Brésil, elle est représentée comme une sirène ou une reine, à la peau blanche et aux longs cheveux noirs et raides. La cérémonie pour Iemanjá est réalisée pour solliciter sa protection et attirer la chance pour l’année à venir. C’est en effet une sorte de nouvel an pour les Brésiliens, qui a d’ailleurs lieu le 31 décembre à Rio de Janeiro mais le 2 février à Salvador de Bahia.

À la veille de la nouvelle année, les habitants de Rio de Janeiro se retrouvent sur les côtes maritimes. Chacun apporte des offrandes dans des paniers en paille. On donne des miroirs, des peignes, du parfum, des fleurs, pour faire plaisir à la coquette déesse et on y glisse ses vœux sur des petits papiers pour l’année à venir. En général, toujours pour rendre honneur à Iemanjá, on s’habille en blanc et on jette des roses de la même couleur à la mer.

Le littoral de Rio se couvre ainsi de fleurs. Une fois englouties par les flots, on considère que la déesse a accepté les dons. En revanche, si les roses reviennent vers la plage cela apparaît comme un mauvais présage. Des rites accompagnent aussi la cérémonie.

C’est un moment particulier dans le calendrier brésilien qu’il est bon de partager avec les habitants de Rio. Et puis sait-on jamais, on n’a jamais assez de porte-bonheur pour la nouvelle année !

Vols associés

Copyright © 2013 Le blog BDV. All rights reserved.