Blog Bourse des Vols > TOP > Voyage solidaire, l’aide aux femmes

Voyage solidaire, l’aide aux femmes

« On ne naît pas femme, on le devient. » C’est par le poids des traditions, par la religion et la société elle-même que les femmes sont discriminées et cantonnées à n’être que des sous-Hommes. Le voyage solidaire a pour but d’annihiler ces mentalités archaïques en mettant au centre du voyage la rencontre avec l’autre, dans une logique de développement économique. Faisons un tour d’horizon des missions solidaires existantes pour venir en aide aux femmes dans le monde.

Le voyage solidaire, c’est quoi ?

  • L’humanitaire et le volontariat consistent à apporter de l’aide à une action solidaire via une participation physique du voyageur (construire une école dans un village, par exemple) Plutôt réservés aux professionnels. A ne pas confondre avec :
  • Le tourisme solidaire, où la participation est financière. L’argent dépensé sur place profite directement aux populations hôtes, ce qui favorise l’économie locale. On privilégie la rencontre, l’échange et le partage avec les locaux. On voyage responsable.

Pourquoi les femmes ?

Les femmes sont particulièrement touchées par la discrimination, la violence et la pauvreté. Les faire bénéficier d’une aide financière et juridique permet la création d’une société plus égalitaire où elles deviennent autonomes. C’est une voie vers leur émancipation.

Voici les inégalités majeures discriminant la femme aujourd’hui, ainsi que des solutions apportées par des ONG et des initiatives locales auxquelles vous pouvez œuvrer pour rétablir l’équité.

Lutter contre l’échographie sélective

A l’heure où ces lignes sont écrites, il manque 150 millions de femmes en Asie. Chaque année, il naît plus de garçons que de filles. Cela résulte à la fois de la politique de l’enfant unique (de 1979 à 2015) et de l’arrivée de l’échographie (1980). Les couples ont rapidement traduit « enfant unique » par « garçon unique ». La préférence pour les garçons existe depuis des siècles et repose sur des valeurs patriarcales. Ce sont les garçons qui perpétuent la lignée et le patrimoine familial. Quant aux filles, elles ne sont que charges économiques.

En Inde, des publicités pour des cliniques scandaient « dépensez 5 000 roupies maintenant et économisez 500 000 roupies plus tard. » Sous-entendu, avortez de votre fœtus féminin et économisez la dot. Une loi interdit désormais ses slogans, mais l’échographie sélective reste très répandue, complétée ensuite par un IVG. 5 000 filles seraient ainsi éliminées chaque année. C’est un véritable génocide invisible. L’Europe n’est pas épargnée par cette pratique, notamment en Arménie, en Azerbaïdjan et en Géorgie

L’action solidaire : En partance pour ces pays ? Renseignez-vous sur les différentes associations qui agissent en faveur de la lutte contre le sexisme, pour faire bouger les mentalités et faire évoluer les pratiques. Depuis la France, vous pouvez soutenir l’action de l’UNICEF qui endigue les violences basées sur les sexes dans les urgences.

voyage-solidaire-vietnam-garden-image-article

Mettre fin au mariage forcé

Toutes les deux secondes, une fille subit un mariage forcé. Ce sont 700 millions de femmes qui ont été mariées de force dans le monde, avant leurs 18 ans. Le mariage précoce est une norme sociale majoritaire dans les familles les plus pauvres. Le manque d’éducation et les traditions ancestrales rendent cette pratique incontournable. Le Bangladesh, le Yémen, l’Inde, le Pakistan, le Népal, le Mali ou encore l’Afghanistan regroupent plus de 50 % des unions précoces non consenties dans le monde. Le Niger arrive tristement en tête avec 74,5 % de mariages précoces. Des filles-fardeaux qui sont considérées comme de simples marchandises où le mariage « délivre » les familles de cette bouche supplémentaire à nourrir.

L’action solidaire : En voyage, ne donnez pas d’argent aux enfants car cela encourage la mendicité au détriment de la scolarisation. L’école réduit les risques de mariage précoce : les filles bénéficiant d’une éducation secondaire ont jusqu’à six fois moins de chance de se marier avant 18 ans. Informations sur le site Too Young to Wed ou Filles pas épouses. Participez à la formation en donnant des cours (en anglais) ou des fournitures scolaires aux associations locales ou faites un don à des ONG telles que Plan international pour soutenir la scolarisation des petites filles.

voyage-solidaire-rajastan-image-article

Un accès aux soins égalitaire

Élever une fille c’est « cultiver le champ d’un autre » (dicton chinois) ou « arroser le jardin de son voisin » (indien). A son mariage, la fille partira vivre chez sa belle-famille ; la fille n’est que de passage chez ses parents. On assiste alors à une grande négligence vis-à-vis des filles. Les familles indiennes, pakistanaises et bangladaises les font passer après les fils lorsqu’il s’agit de les nourrir, de les soigner, de les vacciner…

Ces pratiques sont fréquentes et souvent fatales. La mortalité des enfants de moins de 5 ans est normalement plus élevée chez les garçons que chez les filles. Mais l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh font partie des rares pays où l’espérance de vie féminine est équivalente voire inférieure à celle masculine, contrairement aux lois naturelles qui avantagent les femmes. Ailleurs en Asie, en Afrique et en Amérique Latine, les femmes meurent pendant leur grossesse ou durant l’accouchement, faute de suivi obstétrical ou de soins de santé primaires.

L’action solidaire : Pour permettre l’accès aux soins des filles, une solution s’offre à vous : le parrainage. L’ONG Vision du Monde travaille au sein de 97 pays. En voyage, vous pouvez amener une trousse à pharmacie dans les hôpitaux de la ville, les écoles ou les associations : médicaments de base ou brosse à dent seront les bienvenus. Pensez également aux cadeaux solidaires.

voyage-solidaire-rajastan-woman-image-article

Stop au travail éprouvant

L’éducation est en priorité donnée aux garçons plutôt qu’aux filles, destinées aux tâches domestiques et/ou pénibles. Elles travaillent beaucoup dans des conditions très dures. Non scolarisées, moins formées (et moins considérées), les femmes occupent la plupart du temps des postes de subalternes.

Lorsqu’en Inde les femmes alignent des parpaings tout en allaitant, les hommes eux surveillent le chantier. Lorsqu’au Népal les femmes (même âgées) se courbent sous le poids des charges, les hommes dégustent des tchaï en terrasse. Lorsqu’en Chine les femmes, encordées à la taille tirent les buffles, les hommes les guident sur la charrue. En Turquie, les femmes parcourent des kilomètres pour chercher de l’eau à la source tandis que les hommes font la sieste.

L’action solidaire: Pour soutenir la population, et notamment les femmes, investissez dans le microcrédit solidaire. Les femmes étant les plus vulnérables face à la pauvreté, il faut miser sur leur émancipation à travers leur indépendance économique. Rendez-vous sur Babyloan ou sur Entrepreneurs du Monde pour prêter votre argent en faveur d’un projet éthique.

voyage-solidaire-vietnam-rice-image-article

Punir les crimes d’honneur

Un proverbe khmer (Cambodge) dit ceci : « Les hommes sont d’or, les femmes de tissu blanc. » Si l’homme tombe dans la boue, on peut le nettoyer. Mais si c’est la femme, même en la nettoyant, elle ne retrouvera jamais sa blancheur initiale. C’est comme ça que chaque année, des femmes sont tuées par des membres de leur famille qui invoquent des raisons d’honneur, notamment pour des relations sexuelles pré ou hors mariage.

En Jordanie, au Pakistan, dans ces communautés patriarcales inflexibles, on tue épouses, filles, sœurs et mères à la moindre dérive sexuelle ou à la simple présomption d’adultère. La vérité importe peu, il suffit d’une allégation de « relations illicites » (c’est l’expression consacrée) pour que l’honneur de la famille soit atteinte ; pour que la femme accusée soit tuée.

Le « crime d’honneur », expression qui évoque une catégorie spécifique de la violence criminelle infligée aux femmes, bénéficie d’un traitement de faveur dans les affaires de meurtre. Seulement 10% d’arrestations et de condamnations, un vrai encouragement au meurtre.

L’action solidaire : Signez les pétitions pour que les gouvernements mette fin à l’impunité des crimes d’honneur. Sur le site d’Avaaz (mouvement mondial qui donne la parole aux citoyens), plus d’un million de signatures pour que le Pakistan mette enfin un terme à la faille juridique qui permettait aux meurtriers de retrouver la liberté. Joignez-vous aux nombreux signataires pour mettre en pratique la loi et la propager dans tous les pays.

voyage-solidaire-india-woman-sunset-article

Le tourisme solidaire permet la création d’une nouvelle société où les filles peuvent aller à l’école, ont accès aux soins, grandissent loin de toutes formes d’abus, sont soutenues financièrement… Ainsi, les mentalités changent petit à petit, faisant d’elles des femmes autonomes et émancipées.

Copyright © 2013 Le blog BDV. All rights reserved.