Tout savoir sur le billet de continuation

Document nécessaire à l'entrée dans certains pays, le billet de continuation est une hérésie pour les voyageurs qui aiment voyager librement. Qu'en est-il vraiment ? On vous dit tout.

La compagnie aérienne ou la douane peuvent vous demander de présenter un billet de continuation avant de vous laisser entrer sur le territoire de votre pays de destination. Mais qu’est-ce qu’un billet de continuation ? A quoi sert-il ? Que faire si vous n’en avez pas ? Réponses.

Un billet de continuation : qu’est-ce que c’est ?

Le billet de continuation ou billet retour est un titre de transport qui prouve que vous n’allez pas rester dans le pays de destination plus longtemps que la durée maximale de séjour autorisée. Le document vous sera demandé au départ. A noter qu’il vaut mieux privilégier un billet d’avion plutôt qu’un titre de transport terrestre (bus ou train).

Pourquoi le pays de destination le demande-t-il ?

Généralement, les pays qui demandent un billet de continuation cherchent à lutter contre l’immigration clandestine. Ils veulent s’assurer que vous quitterez le pays en temps voulu. Veillez à ne pas choisir une destination limitrophe du pays de séjour pour votre billet de de continuation (notamment si vous séjournez aux États-Unis).

Quels pays demandent un billet de continuation ?

Les États-Unis, l’Indonésie, les Philippines, le Brésil, la Nouvelle-Zélande, le Costa Rica ou le Pérou vous refouleront sans billet de continuation. Pensez à vérifier sur le site officiel de l’ambassade du pays de destination si vous devez vous procurer ce billet.

Qui contrôle les billets de continuation ?

Le contrôle est assuré par les douaniers locaux de l’aéroport d’arrivée et/ou les agents de la compagnie aérienne au moment de l’embarquement. Le personnel est strict, car en cas de passager frauduleux, ce sont les compagnies aériennes qui doivent prendre en charge le rapatriement vers le pays d’origine.

Je n’ai pas de billet de continuation : que faire ?

Voici des alternatives pour ceux n’ayant pas de billet de continuation :

    • acheter un billet d’avion remboursable. Une fois arrivée à destination, annulez-le. Des frais d’annulation peuvent être facturés et il faudra être patient pour recevoir le remboursement
    • acheter un billet d’avion modifiable
    • acheter un billet ouvert, c’est-à-dire sans date pour le vol retour
    • acheter un billet tour du monde où l’ensemble de l’itinéraire est planifié mais les vols se réservent au fur et à mesure du voyage
    • louer un billet d’avion sur des sites comme One Way Fly ou BestOnwardTicket. Le site l’annule ensuite automatiquement (au bout de 14 jours pour One Way Flight, après 48 heures pour OnwardTicket). Vous recevrez votre confirmation de réservation au maximum 24 heures après votre paiement (une vingtaine d’euros) avec One Way Fly, et au plus tard 60 minutes après avec Onward Ticket. Attention : les autorités demandent un véritable billet d’avion. Or, ces sites ne vous fourniront qu’une réservation de vol. Choisissez cette option à vos risques et périls.

Désormais, le billet de continuation n’a plus de secrets pour vous. Si certains parviennent à faire un tour du monde sans qu’on ne leur demande jamais un billet de continuation, on vous recommande tout de même de jouer la carte de la sécurité !

À lire aussi
Organiser son voyage à l'étranger
Août 2017
dans « Avant de partir »
Comprendre l'ESTA
Mai 2019
dans « Avant de partir »