Escale : le bon plan pour faire des économies

Le vol avec escale est un moyen efficace de voyager tout en faisant des économies. Certes le temps de vol est plus long, mais vous pourrez investir ailleurs les économies ainsi réalisées.

Le vol avec escale repousse souvent les voyageurs car il allonge le temps de trajet. Cependant, dans la plupart des cas il est moins cher ! Alors que préférez-vous, gagner du temps ou de l’argent ?

Qu’est-ce qu’un vol avec escale ?

Un vol avec escale se caractérise par l’arrêt de l’avion dans un aéroport différent de la destination finale. L’avion s’arrête pour deux raisons, soit pour une escale technique pour ou un changement d’appareil.

Peut-on choisir son vol avec ou sans escale ?

Généralement, il est possible de choisir un vol avec ou sans escale. Par exemple sur des vols courts et moyens courriers, la plupart des vols sont sans escale mais certaines compagnies proposent des escales pour remplir leur vol ou faire baisser le prix des billets. Néanmoins, avec les vols long-courriers, il est quasiment impossible de ne pas faire d’escale pour faire le plein de carburant. Tous les avions ne possèdent en effet pas l’autonomie nécessaire pour effectuer le vol d’une traite.

Est-ce moins cher qu’un vol direct ?

Dans la plupart des cas, le prix des vols avec escale est moins cher qu’un vol direct. En moyenne, la différence est de 20 % entre ces deux types de vol. Le choix vous revient donc. Êtes-vous à la minute près ? Ou patienter pendant quelques heures et découvrir le paysage local ne vous fait pas peur ? Seul vous détenez la réponse !

Quels sont les avantages ?

Économique dans un premier temps. Le proverbe « le temps c’est de l’argent » illustre cet exemple à la perfection. Ensuite, le confort. Pensez aux pleures du bébé situé juste à côté de vous, une petite escale vous permettra de souffler un peu. Enfin, pour les petits curieux et si c’est possible, rien ne vous empêche de sortir de l’aéroport et découvrir la ville et ses alentours !

Quels sont les risques ?

Lors d’une escale, la hantise des passagers est de rater le prochain vol. En effet, il existe plusieurs cas de figure. Si vous avez souscrit à différentes assurances qui prennent en compte ce risque, vous êtes bon. Il faut que vous arriviez à démontrer que la première compagnie a pris du retard sur le vol.  En revanche, si vous êtes le fautif et vous n’avez pas vu l’heure passer, vous allez devoir racheter un billet d’avion vers votre destination.

Exemples d’écarts de tarifs en septembre/octobre :

  • Paris/Los Angeles : 325 € aller-retour via United avec escale / 410 € aller-retour via Norwegian sans escale
  • Paris/Mexico : 585 € aller-retour via Air France avec escale / 578 € aller-retour via KLM sans escale
  • Paris/Tokyo : 711 € aller-retour via Air France avec escale / 1 036 € aller-retour via Air France sans escale
  • Paris/Singapour : 507 € aller-retour via British Airways avec escale / 735 €  aller-retour via Air France sans escale

Bon à savoir :

Lors de votre escale, dans certains cas, vous ne serez pas autorisé à quitter l’aéroport. En effet, tout dépend de votre destination, du lieu de votre escale et d’où vous êtes parti. Vérifiez si vous avez besoin d’un visa avant de partir pour éviter toute mauvaise surprise si vous pensez sortir de l’aéroport.

À lire aussi
Le vol open jaw, pratique et économique
Septembre 2018
dans « MalinOptimiser mon budget »
Comment rentabiliser votre escale ?
Juillet 2016
dans « Pendant mon vol »