Chicago, un paradis d’architecture

Moins courue que la Grosse Pomme, Chicago n’en reste pas moins une destination de prédilection pour tous les aficionados d’architecture. Construite sur les rives du lac Michigan, la ville regorge de lieux qui méritent que vous vous y attardiez.

Victime du Grand Incendie en 1871, Chicago a été partiellement (et patiemment) reconstruite par des architectes de renommée internationale. Le plus célèbre d’entre eux est incontestablement Frank Lloyd Wright. Commencez par visiter sa maison d’Oak Park, banlieue résidentielle de Chicago, en guise d’introduction. Puis explorez le quartier afin de débusquer la vingtaine de maisons qu’il y a conçu. Certaines de ses créations sont également visibles dans le Financial District, tel que le Rooky Building dont il a redessiné le lobby.

Si vous pouvez visiter le Unity Temple, la Robbie House ou la Bach House, n’oubliez pas que d’autres maisons sont des résidences privées, et qu’il vous sera donc impossible d’y pénétrer. Vous pourrez cependant prendre des photos et rester devant un long moment, pour le plaisir des yeux. Frank Lloyd Wright a également conçu le Jay Pritzker Pavilion, une salle de spectacles où se donnent régulièrement des concerts gratuits, dans le Millenium Park. Une autre superstar de l’architecture a laissé un souvenir à Chicago : le McCormick Tribune Student, que vous trouverez à l’Illinois Institute of Technology, est signé Rem Koolhass.

En vous promenant le nez en l’air sur les artères de la ville, admirez au passage d’autres bâtiments dont les créateurs sont moins connus. Jetez un œil aux ondulations de la façade de l’Aqua Tower, vivez un instant d’émotion devant l’Historic Water Tower, un château d’eau en forme de tour néo-gothique qui a miraculeusement échappé au Grand Incendie. Montez au cent huitième étage de la Willis Tower et tenez-vous sur le Skydeck, une avancée de verre de plus d’un mètre de long où vous vous sentirez comme suspendu dans les airs. A ne pas faire si vous avez le vertige.

Faites aussi une photo-souvenir devant le mythique immeuble qui abrite les locaux du Chicago Tribune. Son architecture gothique et ses gargouilles rappellent furieusement le style de certaines cathédrales. A mille lieues des tours et des gratte-ciel qui dominent la ville, faites une balade dans l’Ukrainian Village District, rempli de petites maisons rouges au charme indéniable qui témoignent de la vague d’immigration en provenance d’Europe de l’Est. Dans le Wicker Park District, c’est en revanche plutôt l’architecture victorienne qui prédomine.

Au gré de vos promenades vous croiserez peut-être une œuvre de Picasso, de Calder, de Chagall ou d’Anish Kapoor. Il y en a sept cents à travers la ville, réparties dans des lieux publics. Le Musée d’Art contemporain expose d’autres pièces de Klee ou de Picasso, dans un environnement traditionnel. Si vous préférez la peinture classique, c’est à l’Institut d’Art qu’il faut vous rendre. Ce musée dispose notamment d’une riche collection de toiles impressionnistes. Le National Vietnam Veterans Art Museum, quant à lui, donne libre court à la créativité d’artistes vétérans de la guerre du Vietnam mais aussi, comme son nom ne l’indique pas, de la guerre en Irak.

Pour vous remettre, allez piquer une petite tête dans le lagon d’Humboldt Park, au milieu des voitures de collection exposées par des particuliers et des vendeurs de pastèques. Mais une pastèque ne nourrit pas son homme, alors faites honneur aux hot-dogs de Chicago, réputés pour être les meilleurs des États-Unis ! Une fois repu et content, plusieurs options s’offriront à vous : préférerez-vous vous détendre dans le délicat Jardin Japonais de Jackson Park, un havre de paix offert par le Pays du Soleil Levant en 1893, où aller faire des tours de grande roue dans l’ambiance de fête foraine du Navy Pier ?

Plus jeune, vous avez certainement aimé Chicago à cause de Michael Jordan, comme tout le monde. Maintenant que vous êtes adulte (et que les Bulls ne sont plus vraiment ce qu’ils étaient) vous pouvez vous passionner pleinement pour la Windy City !

À lire aussi
L'Amérique, dans tous ses états
Mars 2015
dans « Les incontournables »