En plein Caire

Capitale de l’Egypte, le Caire fourmille de plus de 16 millions d’habitants. Du Nil à la citadelle de Saladdin en passant par le quartier copte, on peut goûter à son patrimoine richissime, à ses influences diverses, apprécier ses millénaires d’histoire ou sa vie animée !

Point de vue imprenable sur la ville, la Tour du Caire se dresse sur l’île de Gezira. Caractérisé par son sommet en forme de fleur de lotus, ce building de 187 mètres possède un observatoire. Si l’atmosphère est dégagée, il est possible de voir les pyramides de Gizeh au télescope, ainsi que le site de Saqqarah !

Autre spot de choix, la citadelle de Saladdin domine Le Caire et sa cité des morts, cimetière musulman où des populations défavorisées ont recréé un véritable village. Ici, les monuments funéraires font office de maisons, et l’on peut même trouver des cafés.

Dans la citadelle, la mosquée d’albâtre de Méhémet Ali affiche la grandeur de ses homologues ottomanes. Calquée sur la mosquée bleue d’Istanbul, elle arbore une grande coupole centrale, une cascade de dômes et deux minarets. Ses grands panneaux d’albâtre lui ont valu son nom ; elle comporte aussi de très belles peintures, dorures, et abrite le tombeau du pacha. Côté curiosité, on peut y admirer une belle horloge donnée comme cadeau par le roi français Louis-Philippe en remerciement de l’obélisque de Louxor (trônant aujourd’hui à Paris, Place de la Concorde).

Le Kasr El-Gawhara (ou Jewel Palace) porte le nom de la dernière épouse de Méhémet Ali. Au pied de la citadelle, la mosquée du sultan Hassan, avec son bel intérieur, compte aussi une madrassa (école coranique).

Au nord de la citadelle s’étend le parc Al-Azhar. Il offre de jolies vues, des espaces verts, mais aussi des cafés et des restaurants. La mosquée Al-Azhar mérite le coup d’œil : c’est la plus ancienne université du monde !

En parallèle du Caire islamique, la capitale offre une autre facette : les quartier des Coptes, chrétiens d’Egypte, considérés comme les premiers habitants de la cité. Il s’élève au cœur de Babylone, l’ancienne forteresse romaine.

La construction de l’église Abu Sarga (Saint-Serge-et-Bacchus) remonte au Ve siècle. Lors de sa fuite en Egypte, la Sainte Famille aurait trouvé refuge dans son actuelle crypte.

Bâtie sur l’ancienne maison des gardes de la forteresse, Al-Mu’allaqah s’élève en haut d’une volée de marches. Son intérieur se pare de superbes icônes, panneaux sculptés, d’une magnifique chaire dont les treize piliers représentent les apôtres.

L’église Saint-Georges se démarque par sa forme ronde insolite, tandis que Sainte-Barbara est dédiée à la patronne des artilleurs, des mineurs et des pompiers.

Le quartier abrite aussi la synagogue Ben Ezra, premier lieu de culte juif du pays. Elle se trouve non loin du Nil, où la fille de pharaon aurait recueilli Moïse dérivant dans un panier.

Le grand Musée copte recèle plus de 16 000 objets retraçant l’histoire de la chrétienté en Egypte. Il expose d’anciennes stèles funéraires, sculptures, panneaux et fresques, icônes, tissus, poteries… Plusieurs objets présentent des décors mêlant divinités grecques et imagerie chrétienne.

L’établissement conserve enfin des documents d’une très grande valeur dont les treize codex de papyrus de la bibliothèque de Nag Hammadi (comprenant, entre autres, l’évangile selon St Thomas, selon Philippe, les apocalypses de Paul, Jacques et Adam…), ainsi que les Psaumes de David.

Après toutes ces visites, rien de tel qu’une plongée dans le souk pour goûter à sa chaleur, admirer les étals colorés et faire quelques emplettes. Le plus grand du Caire, Khân al-Khalili, se situe dans le quartier islamique. Ne manquez pas de faire un arrêt par le Fishawi’s pour déguster un thé, ou pour fumer un narguilé.

Enfin, cœur de la vie cairote, la Place Tahrir fut le lieu symbolique de la révolution de 2011. Le Musée égyptien s’y trouve, avec ses fabuleuses collections des temps pharaoniques.