Ne vous faites pas de Bilbao

Bilbao a complètement changé de visage en l’espace de 20 ans. Autrefois industrielle, elle a connu un renouveau sans précédent dans les années 1990 et est aujourd’hui une métropole de culture et d’innovation. Parfaite pour un weekend, cette pépite basque n’est qu’à quelques heures, au-delà des Pyrénées… Vamos !

Qui dit Bilbao dit Guggenheim, les deux sont désormais indissociables. Le Musée Guggenheim, inauguré en 1997, a joué un grand rôle dans le renouveau de Bilbao. Pour valoriser son image, la ville s’est en effet lancée dans un projet culturel ambitieux : accueillir une institution d’art moderne et contemporain dessinée par un architecte de renom, Frank Gehry. Pari réussi : Bilbao connaît depuis 20 ans un pic touristique jamais démenti. Les chercheurs parlent même d’« effet Guggenheim » pour désigner ce regard nouveau porté sur la ville et la vague de constructions qui a suivi celle du musée.

Le Guggenheim est très vite devenu l’un des musées les plus connus au monde, tant pour son architecture avant-gardiste que ses collections. De l’extérieur, on a affaire à un géant de titane, aux formes tantôt géométriques, tantôt courbes. A l’intérieur, 18 salles d’exposition réparties sur pas moins de 10 000 m², un atrium de 50 m de haut et de l’audace à revendre. Les stars du musée sont également des œuvres devenues des icônes de Bilbao, comme le « Puppy » de Jeff Coons, un immense chien imaginé à partir de fleurs, ou la sculpture « Maman » de Louise Bourgeois qui n’est autre qu’une araignée géante !

Mais Bilbao ne se résume pas au Guggenheim, loin de là ! Elle possède en effet un centre historique de charme, appelé le Casco Viejo (la vieille ville), situé sur la rive est du Nervion, le fleuve local. Ce quartier est délimité par les Siete Calles, sept rues à l’allure médiévale, qui comptent parmi les plus anciennes de Bilbao. Ces dernières sont piétonnes et extrêmement animées, car elles regroupent les boutiques, échoppes et bars les plus fréquentés de la ville. Immanquable, la cathédrale de Santiago trône ici depuis le XIIIe siècle et est un bel exemple d’architecture gothique.

Continuez la promenade en vous dirigeant vers la Plaza Nueva, une place élégante de style néo-classique. Un lieu idéal pour une pause fraicheur, à l’ombre des arcades où se sont multipliés les cafés et terrasses. Continuez ensuite jusqu’à la Plaza Miguel Unamuno. Vous pourrez y admirer des immeubles typiquement basques et colorés, mais également deux musées sur l’histoire de la région : le Musée archéologique et le Musée basque (Euskal Museoa). De là, empruntez les escaliers (las calzadas) de Mallona : ces 311 marches de pierre datent du XVIIIe siècle.

Il serait dommage de ne pas pousser la balade jusqu’à d’autres quartiers moins touristiques mais tout aussi intéressants. Sur les hauteurs, le quartier de Begoña vaut le détour pour sa basilique du XVIe siècle et le parc Etxebarria, qui offre des panoramas splendides sur la ville. Un peu plus à l’ouest, dans le quartier de Castaños et Deustu, ne manquez pas l’élégant Hôtel de Ville de Bilbao, bâti au XIXe siècle par l’architecte Joaquín Rucoba (qui est aussi à l’origine du Théâtre Arriaga). En retraversant le Nervion, perdez-vous également dans les ruelles d’El Ensanche et passez voir la verrière impressionnante de la gare d’Abando.

N’oubliez pas non plus que Bilbao est une ville d’eau, traversée par le fleuve Nervion. Les rives paisibles de ce cours d’eau sont idéales pour des balades au calme, notamment du côté du parc Doña Casilda de Iturrizar. Bilbao est connue pour ses nombreux ponts tous plus spectaculaires les uns que les autres : le pont de la Biscaye inscrit à l’UNESCO, le Zubizuri, un pont blanc ressemblant à un bateau à voile, le pont de la Salve… Et si vous avez un peu de temps devant vous, pourquoi ne pas vous offrir une excursion jusqu’à l’océan Atlantique, dont les vagues ne sont qu’à une dizaine de kilomètres ?

Alors, qu’attendez-vous pour vous découvrir les merveilles de la culture basque ? Notamment sa gastronomie.

Bilbao pratique

S’y rendre : plusieurs compagnies relient Paris et Bilbao en vol direct, notamment Air France et Air Europa. Comptez 1h35 de vol.
Se déplacer : Bilbao est une ville moderne, desservie pas un très bons réseau de transports en commun. Vous pourrez circuler en métro (2 lignes), en tramway, en bus (une cinquantaine de lignes), en bus ou à pied selon vos envies. Pour se déplacer sans compter, pensez à la Bilbao Bizkaia Card. Elle donne accès à tous les transports ainsi que certains musées et attractions partenaires (30 € les 24h, 35 € les 48h et 40 € les 72h).
Manger : la gastronomie locale est l’une des plus grandes fiertés des Basques (et on comprend bien pourquoi) ! Goûtez aux pintxos, les tapas locales, et poussez la porte des restaurants traditionnels. Le Pays-Basque espagnol est la région du pays qui attire le plus de chefs étoilés du pays.
Parler : il y a deux langues officielles à Bilbao, l’espagnol et l’euskera.

À lire aussi
Le Pays Basque côté espagnol
Septembre 2016
dans « Les incontournables »