Salamanque(ra) pas de vous plaire

Grâce à son université mondialement reconnue qui attire des étudiants des quatre coins du globe, Salamanque est une ville pleine d’énergie. Laissez-vous entraîner par le dynamisme de la jeunesse à travers les monuments historiques de la cité judicieusement surnommée « La Dorada ».
Construits en pierres extraites de la carrière de Villamayor, à quelques kilomètres de là, les bâtiments de Salamanque ont une couleur à nulle autre pareille. La teinte ocre des façades est rehaussée par le soleil qui frappe les murs le jour, et par les illuminations qui parcourent la ville quand vient la nuit. C’est à la tombée du soir que les couleurs sont les plus belles, lorsque les variations de lumière les font passer de l’ocre au doré, puis au rose.
L’Université de Salamanque, fondée en 1218 et construite avec ces pierres uniques, est l’une des plus anciennes universités au monde. Arrivé devant, arrêtez-vous et observez attentivement le fronton. Au milieu des sculptures qui l’ornent se cache une grenouille, qui porte chance à quiconque la trouve. Une fois la grenouille trouvée, poussez la porte et dirigez-vous vers la bibliothèque la plus ancienne d’Europe. Levez les yeux pour regarder le plafond de bois délicatement ouvragé.
Salamanque possède aussi la particularité d’avoir non pas une, mais deux cathédrales mitoyennes. La Catedral Vieja et la Catedral Nueva mélangent les styles roman, gothique tardif et baroque. Original : en passant par la Puerta de la Torre, vous accéderez à un parcours installé dans les hauteurs des cathédrales, avant d’admirer la ville vue d’en haut. En bas, c’est le retable constitué de cinquante-trois panneaux narrant la vie de Jésus et Marie qui vous captivera, côté Catedral Vieja. Ressortez et placez-vous face à la Catedral Nueva, devant la Puerta de Ramos. Cette fois-ci, c’est un petit cosmonaute et une glace, sculptés en 1992 lors d’une rénovation, que vous devez trouver pour vous porter chance.
A Salamanque, Dieu et le Diable s’affrontent. C’est dans la Grotte de Salamanque, qui se visite désormais, que Satan enseignait la sorcellerie à des étudiants de l’université en grand secret. Âmes sensibles s’abstenir. Remettez-vous de vos émotions en faisant une petite pause sur la Plaza Mayor, tenue pour l’une des plus belles places de toute l’Espagne. De style baroque, ses arcades sont surplombées de médaillons à l’effigie de grands hommes du pays. Ancien lieu où se tenaient des combats de taureaux, c’est aujourd’hui le point de ralliement de la jeunesse salmantine à la nuit tombée, quand tout s’illumine, avant d’aller boire une cerveza bien fraîche dans une des nombreuses gargotes de la ville. Mais si le soir n’est pas là, il est encore temps de visiter quelques musées.
Niché dans un ancien hôtel particulier aux jolis vitraux modernistes, le Musée Art Nouveau et Art Déco de Salamanque abrite émaux, bijoux et meubles, mais surtout une collection de poupées de porcelaine qui enchantera les petites filles comme les grandes. Le Centre d’art contemporain, quant à lui, à trouvé refuge derrière les murs de l’ancienne prison. Rebaptisé Domus Artium 2002, il a été inauguré l’année où la ville a été désignée capitale européenne de la culture.
Autre curiosité, grâce à des objets confisqués pendant la Guerre Civile espagnole, Salamanque a reconstitué une loge de la Franc Maçonnerie, ce qui risque bien d’être votre seule opportunité d’approcher l’univers maçonnique de près et rend donc cette visite incontournable. Avant de partir, promenez-vous sur le pont romain qui enjambe la rivière, une fois dépassée la fabrique de farine reconvertie en musée, et retournez devant la Casa de las Conchas, près de la cathédrale. Réussirez-vous à compter le nombre de coquillages que porte la façade ?
Salamanque étant pour la plus grande partie piétonne, vous pourrez circuler librement d’un lieu de visite à l’autre, et profiter ainsi pleinement de l’architecture des nombreux couvents et églises qui jalonneront votre parcours. N’hésitez pas à pousser les portes, des trésors se trouvent peut-être derrière !

À lire aussi
Personne ne lui arrive à la Séville
Octobre 2015
dans « Les incontournables »
Jeu de deux à Castille et Leon
Août 2016
dans « Les incontournables »