Le Tokyo des geeks et des otakus

Pour les fans de pop-culture japonaise, jeux vidéo, anime et manga en tête, Tôkyô est la Babylone ultime, le pèlerinage à faire au moins une fois dans sa vie.
Dans cette ville fourmillante, des sous-sols aux cimes des immeubles, tout se cherche et tout se trouve. En parallèle de votre quête du goodie (produit dérivé) de rêve, n’oubliez pas de visiter, car ils existent parfois dans la vie réelle, les sites où se déroulent vos titres favoris !

« Et vous, aimez-vous Tôkyô ? » demande Subaru Sumeragi dans les pages du manga des CLAMP ; la réponse est oui, et mille fois oui !

Si vous êtes un vrai otaku (fan d’animation japonaise, de manga, de jeux vidéo etc), bien des lieux Tokyoïtes vous sont déjà familiers. Symbole de la ville, la Tour de Tôkyô est un incontournable aperçu dans bien des œuvres comme Air Gear ou le fabuleux X.
Si Kamui et ses compagnons vous inspirent, rendez-vous directement au palais de la Diète (Parlement japonais), occupé dans la fiction par la princesse Hinoto. Si votre affection va plutôt aux Dragons de la Terre, prenez la direction du Tôkyô Metropolitan Government (mairie de Tôkyô), siège de Kanoe, de Satsuki et de Beast ! L’observatoire du 45ème étage vous offrira en plus une vue absolument inoubliable sur la capitale.

Amis de Beatrice et de Battler d’Umineko no naku koro ni, sachez que Rokkenjima existe en deux sites distincts. Le manoir Ushiromiya, ou Kyû-Furukawa Teien dans « la vraie vie », se visite pour une poignée de yens du côté des stations Nishigahara, Kami-nakazato ou Komagome. L’intérieur n’est pas accessible mais la bâtisse et les extérieurs (une roseraie et un jardin japonais) sont superbes. Il est aussi possible d’y déguster des glaces à la rose !

Dans le parc à proximité de la station Komaba-Tôdai-mae, vous trouverez le manoir de l’annexe des visiteurs. On peut y entrer gratuitement sans oublier de se déchausser, bien sûr. Vous y verrez les tapis rouges, l’horloge, l’escalier, les poignées de portes et même les deux chaises côte à côte aperçues dans le générique de fin de l’anime !

Pour tous les fans de Stein;Gate, la chasse aux décors se passe à Akihabara, dès la sortie de la gare. Elle peut alors se coupler avec la chasse aux goodies, mais nous y reviendrons plus tard !

Amateur de space opera, ne manquez pas de faire une croisière sur la Sumida-gawa, le fleuve traversant la capitale nippone. Quel rapport avec le space opera, demanderez-vous ? Les bateaux Himiko et Hotaluna, designés par Leiji Matsumoto en personne (auteur de Galaxy Express 999, Captain Harlock alias Albator en France, ou encore Interstella 5555 pour le groupe Daft Punk) vous entraîneront dans un autre univers. Notez qu’en plus du rêve qu’ils offrent, ils ont un côté fort pratique car ils relient Asakusa à Odaiba. Ils épargnent ainsi une longue traversée de la ville en métro à un tarif raisonnable, 1 560 yens pour un aller simple !

Après avoir admiré la baie d’Odaiba et le magnifique Rainbow Bridge, les fans de Mobile Suit Gundam se rendront au Gundam Front Tôkyô. Un Gundam RX-78-2 (robot géant) accueille les visiteurs. Comme à Akihabara, un Gundam Café propose des boissons et des snacks à l’effigie des vedettes de la franchise. Le niveau 7F du DiverCity Tôkyô Plaza compte des expositions de Gunpla (maquettes de robots), des dessins originaux de recherches graphiques, des artworks des anime… Un autre Gundam à l’échelle 1:1 y est reconstitué, de même que son core-fighter (poste de pilotage) grandeur nature.

À lire aussi
Tokyo, tour d'horizon
Septembre 2014
dans « Mes coups de coeur »