Séoul Incheon : univers futuriste pour méga-hub

L’aéroport de la capitale sud-coréenne ambitionne de devenir, dès 2030, le carrefour aérien pour l’ensemble du continent asiatique. Son objectif de 100 millions de passagers annuel l’amènerait quasiment au niveau du n°1 mondial en termes de trafic. Pour ce faire, rien n’est laissé au hasard. Son espace duty-free embarque le voyageur dans un univers qu’on croirait réservé aux films de science-fiction. Voler reste un rêve : Séoul Incheon les matérialise, incroyablement !

Exactitude, fluidité, confort

Dans Séoul Incheon, tout a été organisé pour que le temps entre l’arrivée à l’aéroport et la porte d’embarquement soit réduit, même en cas de forte affluence : circulation au sein des bâtiments, signalétique, logique des espaces, disponibilité et efficacité des personnels, automatisation et fluidité des enregistrement et contrôles… La demi-heure est rarement requise pour être prêt à entrer dans l’avion. Tout est si simple qu’il reste du temps, parfois beaucoup de temps. Alors l’aéroport devient lui-même un lieu du voyage, une étape à part entière…

La culture coréenne s’offre à vous !

Ses boutiques soutiennent sans conteste la comparaison avec leurs homologues les plus prisées du globe, Dubaï, Londres, Amsterdam, Singapour et Hong-Kong. Au cœur de l’aéroport, l’espace et le temps duty-free constituent une clef essentielle du défi coréen pour gagner le leadership aérien en Asie. Là, un véritable quartier urbain rassemble des aires de repos, des expositions, des installations vidéos, des spectacles ou des concerts, et même, quatre fois par jour, la procession royale traditionnelle ! Tout aussi gratuites, des excursions sont organisées pour les passagers dont l’escale dépasse les 5 heures : visites gastronomiques, futuristes ou traditionnelles à Incheon même ou dans Séoul.

Le pari de l’imaginaire

Surtout, on découvre ici une palette inédite de services et de surprises en accès libre (libre !) : jeux en réalité virtuelle, cours de calligraphie classique, imprimantes 3D, massages, et… robots vous faisant visiter l’aéroport, d’autres destinés au changement de devises, à vous servir un café ou vous informer sur les vols ! L’ambition coréenne tient là sa réussite. Car Séoul Incheon métamorphose l’aéroport en univers parallèle où le confort, le ludique, l’imprévu, voire le fantasme, façonnent, le temps d’une halte, l’expérience individuelle du voyageur.

S’envoler pour la Corée du Sud

La plupart des vols internationaux arrivent à l’aéroport d’Incheon, situé à une heure du centre-ville. Depuis la France, un vol direct dure 11 heures et coûte en moyenne 740 €. Avec escale (13h30 minimum), les tarifs sont plus économiques, environ 570 €. Séoul Incheon héberge 90 compagnies, dont Air France, Asian Airlines et Korean Air et dessert 183 destinations dans le monde.

Qu’attendez-vous pour réserver un Vol pour Séoul ?

Le conseil du pro

Pour réduire le temps des formalités de départ, privilégiez les bornes de self check-in et d’enregistrement automatique des bagages. En quittant le sol coréen, passez par la zone de remboursement des taxes des achats duty free : aux bornes ou aux comptoirs de la zone, présentez votre passeport et les reçus de vos achats, les taxes vous seront alors créditées sur votre carte bancaire ou remboursées en espèces.

À lire aussi
Destination la Corée du Sud
Juin 2017
dans « Les incontournables »
7 raisons qui font de Séoul un paradis technologique
Avril 2017
dans « C'est dans l'air »