La reprise des compagnies aériennes : où, quand, comment ?

Les compagnies aériennes reprennent peu à peu leurs vols. Mais la reprise est timide et le nombre de vols limités. Petit point sur la situation aérienne en juillet.

À l’approche des vacances d’été, vous vous demandez si votre passage à l’aéroport va être modifié de quelque façon que ce soit. Respect des mesures sanitaires, reprise progressive des liaisons, fréquentation fluctuante…on vous dit tout sur la situation post-Covid 19 des compagnies aériennes.

Les compagnies aériennes ont-elles repris toutes leurs liaisons ?

À ce jour (16 juillet 2020), les compagnies aériennes n’ont pas repris toutes leurs liaisons. Cela s’explique tout d’abord par un manque de visibilité sur la demande. Ainsi, certains vols sont annulés la veille du départ car l’avion n’a pas atteint sa capacité de remplissage optimale ou au contraire, la demande s’avère plus importante que prévue. Deuxièmement, les appareils ont été immobilisés pendant près de deux mois. Leur réactivation demande un certain temps : un à deux jours pour ceux mis au hangar pour moins de trois mois et plusieurs semaines pour ceux entreposés au « deep storage ».  Enfin, le personnel à terre et à bord doit être mis à jour dans les formations habituelles et dans les nouvelles mesures sanitaires à mettre en place pour faire face à cette situation exceptionnelle.

Bon à savoir : Au 06 juillet 2020, les liaisons aériennes transatlantiques sont rares entre la France et les États-Unis, en raison de l‘interdiction de circuler entre les deux pays.

Quelles sont les compagnies les plus susceptibles de reprendre rapidement ?

Les grandes compagnies nationales disposent d’un réseau court et moyen-courriers principalement destiné à lier les bases aéroportuaires mondiales entre elles. C’est pourquoi l’incertitude quant à la reprise des vols au long cours cause du tort à Air France, KLM, Lufthansa et leurs consœurs. En parallèle, elles doivent faire face à une clientèle d’affaires qui se tourne momentanément vers d’autres solutions pour exercer son métier, et doivent également rembourser leurs dettes. D’ici septembre 2020, Lufthansa espère à nouveau desservir 90 % des destinations court-courriers et 70 % en long-courriers. Les grandes gagnantes de cette reprise du trafic aérien sont donc les compagnies low-cost. Davantage sollicitées par les touristes sur le marché intra-européen, elles reprendront un niveau d’offre proche de celui qu’elles avaient avant la crise bien plus vite que les compagnies aériennes classiques.

Quelles sont les restrictions à l’aéroport ?

Les restrictions sont sensiblement les mêmes d’un aéroport à l’autre. Le port du masque est obligatoire dans les aéroports et la plupart des appareils (attention, le masque en tissu est interdit à bord des avions). De plus, une distance d’au moins un mètre doit être observée entre chaque personne. La plupart des aéroports ont déployé un système de caméras thermiques aux terminaux de départ et d’arrivée afin de contrôler la température corporelle de chaque personne. Si votre température dépasse les 38°C, vous devrez réaliser une nouvelle prise de température par thermomètre. Si besoin est, une prise en charge médicale et un test PCR COVID-19 vous seront imposés. Il se peut qu’en plus de ce contrôle de température, une déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes liés au coronavirus vous soit demandée. Dans l’aéroport, les boutiques, pharmacies et autres commerces alimentaires sont ouverts a minima.

Vous voilà paré pour reprendre les routes du ciel. Bon voyage !

Bon à savoir :

L’aéroport d’Orly a rouvert ses portes le 26 juin 2020. Il accueille de nouveaux des compagnies aériennes dont Transavia et EasyJet. Mais si le trafic a repris, il est pour l’instant limité à Orly 3. Les vols sont en effet organisé en fonction de la demande. Les destinations desservies sont pour l’heure limitées à l’Europe et à la France (Corse…).

Oneworld a pour sa part lancé un portail afin de renseigner les voyageurs sur les consignes de sécurité instaurées par les principaux hubs mondiaux et les compagnies aériennes membres de l’alliance.

À lire aussi