Préparer son voyage au Vietnam

Phoenix légendaire, le Vietnam renaît de ses cendres après son ouverture au monde en 1994. A l’aube du changement, on découvre un Vietnam apaisé, réunifié et qui n’a, en rien, perdu de son authenticité. Du Mékong à Saïgon, d’Hanoï à Sapa, le charme de l’Extrême-Orient se trouve miraculeusement préservé. Une variété exceptionnelle de paysages rencontre la richesse d’un héritage culturel inestimable. Partir à la découverte du Vietnam se prépare pour explorer le pays comme un local !

Se loger au Vietnam

De la petite pension au grand hôtel cinq-étoiles, le Vietnam propose une liste d’hébergements pour tous les budgets. Les prix sont généralement indiqués en dollars (USD) pour les étrangers (payant le prix fort), les tarifs les plus bas (affichés en dongs) sont réservés aux locaux.

Dormir chez l’habitant est très réglementé au Vietnam. L’État impose des normes concernant l’enregistrement des étrangers et les habitations doivent être agréées. Ce type de formule est légion au delta du Mékong, dans les villages thaïs blancs de Mai Chau, Ba Be et Moc Chau, sur les hauts plateaux du Centre, les îles Chams et le village de Bho Hoong, près de Hoi An. A voir donc sur place, au fil de vos rencontres ou bien en amont accompagné d’un Tour Opérateur spécialisé.

Vous pouvez loger dans des pensions (nha khach ou nha nghi) ou dans de grands hôtels (khach san). Ils sont la propriété du gouvernement ou de sociétés mixtes (le capital est majoritairement détenu par une personne publique : l’État, une Collectivité territoriale ou un Établissement public). L’essor du tourisme a lancé le développement d’hôtels privés ou le rapport qualité/prix est très intéressant, notamment à Ho Chi Minh Ville ou à Hanoï.

Des complexes hôteliers existent également. Appelés resorts, ces établissement somptueux offrent confort et luxe. La côte en est recouverte, à tel point que les étendues sauvages reculées du littoral disparaissent au profit de ces complexes ultra-chic. A louer avec parcimonie, donc.

Bon à savoir : A votre arrivée, il vous sera demandé votre passeport. Préférez donner une photocopie de ce dernier que l’original. Fournissez une copie de la page où figure le visa ainsi que votre carte de départ de couleur jaune. Évitez de laisser des objets de valeur : appareil photo, passeport ou argent, même cachés dans le coffre ou système de sécurité de votre chambre d’hôtel bas de gamme, sauf si l’hébergement est de confiance, naturellement.

La gastronomie au Vietnam

Raffinée, parfumée et diététique, la cuisine vietnamienne se savoure aussi bien dans un restaurant gastronomique que dans la rue. La street food au Vietnam est de renommée mondiale. C’est même là que vous trouverez les produits les plus frais (des légumes à la viande en passant par le poisson et les bouillons) au vu de la forte demande. Pas le temps de se reposer, les plats s’enchaînent ! La qualité fraîcheur assurée.

Pas vraiment de plat national, chaque région possède sa tradition culinaire.

  • Au Nord : La cuisine du Nord se distingue par ses plats de riz gluant, les grillades (viande de bœuf), les anguilles frites et les légumes verts ébouillantés, poêlés et croquants.
  • Au Centre : Des plats aigre douce, plus pimentés que ceux du Nord. Accentuée sur les richesses de la mer, la cuisine du Centre privilégie poissons, crevettes et autres crustacés.
  • Au Sud : Souvent plus sucrée que les autres régions, la cuisine du sud sent bon la menthe, le basilic et la coriandre.

Quelques spécialités : Le Phò (prononcé feu) se compose de nouilles de riz cuites dans un bouillon de bœuf, d’aromates et de pousses de soja, le Bánh bao est une petite brioche farcie à la viande, cuite à la vapeur, le Bánh xèo est une crêpe à base de farine de riz garnie d’un peu tout ce qu’on veut : crevettes, légumes, porcs…, le Bánh mì soit LE sandwich vietnamien par excellence fait de pain baguette (hérité des colons français) coupé en deux avec de la viande, des carottes, des radis blancs, des concombres, de la mayonnaise, de la coriandre et de la sauce soja, le Canh Chua est une soupe à base de poisson, de légumes, d’herbes et d’épices, le rouleau de printemps (à ne pas confondre avec le nem qui lui est servi frit) se mange froid et est composé d’une galette de riz enroulée autour d’une feuille de salade, de menthe et de quelques pouces de soja/vermicelles de riz, au poulet, au porc, au bœuf ou aux crevettes sans oublier son accompagnement clé : la sauce nuoc-mâm.

Idée recette : le Bò Bún (dit Bún Bò, en vietnamien). Un savoureux plat de vermicelles de riz, de lamelles de bœuf sauté, de crudités et d’herbes aromatiques.

Les Coutumes au Vietnam

  • On ne touche pas la tête des enfants. Cela volerait leur âme.
  • On ne plante pas ses baguettes dans son bol de riz. Cela rappelle les bâtons d’encens que l’on allume lors d’occasions funèbres.
  • On vous demandera si vous êtes mariés ou si vous avez des enfants, ce n’est pas impoli, au contraire, ce sont des marques d’attention de la part de votre locuteur. Il n’est pas déplacé de demander l’âge d’une femme non plus. La vieillesse est ici un signe de sagesse et de respect qui doit être souligné.
  • On n’ouvre pas les cadeaux devant la personne qui vient de nous l’offrir. Les présents sont reçus avec une apparente indifférence.
  • On apostrophe une personne avec la paume de la main vers le bas (comme pour notre au revoir) jamais la paume vers le haut. On ne montre pas non plus du doigt. Ce serait pris pour une marque d’arrogance et d’irrespect.
  • On ne s’énerve pas en public, on ne doit pas « perdre la face » ou la faire perdre car l’autre serait humilié et ne vous le pardonnerait pas. Il faut garder son calme en toute occasion.
  • On paie pour tous ou on ne paie pas. Si on insiste pour payer sa part, on doit payer pour toute la tablée également, sinon on ne dit rien. On ne partage jamais la note. Si l’un paie un jour, l’autre paiera le suivant.
  • On se déchausse avant d’entrer dans un temple ou chez son hôte.

Les incontournables du Vietnam

Le Marché Ben Thanh à Ho Chi Minh Ville
Véritable caverne d’Ali Baba, le marché de Ben Thanh est une véritable mine d’or. Il recèle d’éléments en tout genre, parfait pour une immersion haute en couleur. On trouve de tout : des sets de table en bambou aux services à thé, des calamars aux costumes traditionnels sans oublier de savoureux mets typiques cuisinés avec talent par les marchands. Ici tout se négocie, calculatrice en main et sourire aux lèvres.

Les rizières de Sapa

Le panorama se couvre d’un camaïeu de vert. Aux sommets vertigineux, les rizières en terrasses sont spectaculaires. Nichés dans les vallées luxuriantes, les villages d’ethnies montagnardes veillent au grain. L’accueil des locaux sera chaleureux : ici l’hospitalité et la générosité sont les maîtres mots.

La Baie de Halong

Cette baie couleur émeraude se nappe d’une fine couche de brouillard durant l’hiver vietnamien (de novembre à avril). Des reliefs karstiques émergent de toute part pour donner à ce lieu toute sa magnificence.

Le Delta du Mékong

Marchés flottants, jungle, charmantes petites îles aux alentours ; le delta du Mékong s’explore au fil de l’eau. Sillonnez les étroits canaux de La Co Chien jusqu’aux îlots de Vinh Long à bord d’une embarcation en bois pour une aventure locale dépaysante.

Et pour une immersion totale, découvrez notre série Objectif Sydney au Vietnam. Bon voyage au Vietnam !

À lire aussi
Vietnam : 5 activités à faire à Sapa
Mars 2018
dans « Les incontournables »
Le Vietnam, Ho Chi Minh(gnon) !
Décembre 2016
dans « Les incontournables »