Le slow travel : vivre plutôt que voir

Dans un rythme toujours plus effréné, vous cochez les lieux mythiques qui font la beauté de notre monde sur votre liste des must-see. Vos week-ends sont consacrés aux capitales européennes, vos vacances, à des destinations plus lointaines. Mais avez-vous déjà pensé au slow travel ? Bourse des Vols vous dit tout sur cette tendance émergente qui gagne en popularité. A expérimenter dès la fin du confinement !

De l’apprentissage du voyage

Nos ancêtres des siècles passés pratiquaient le Grand Tour, des voyages initiatiques à travers l’Europe, dont ils ressortaient grandis et plus instruits sur les façons de vivre loin de chez eux. Et c’est un peu ce vers quoi le slow travel tend à nous faire retourner : la qualité plutôt que la quantité. En surfant sur la Toile, on peut aujourd’hui trouver un nombre impressionnant de blogs de globe-trotters qui font le récit de leurs aventures, leurs visites et leurs rencontres. Voyages au long cours dans des destinations proches comme lointaines, nul besoin de franchir les océans pour vivre des aventures palpitantes, déroutantes et enrichissantes. Rencontres fortuites et longues promenades sont au programme du slow travel, redonnant à « simplicité » et « authenticité » leur sens premier.

Les avantages du slow travel

La pratique du slow travel présente de nombreux avantages. Côté finances, cette façon de voyager vous fait faire des économies non négligeables. Avec l’achat d’un seul billet d’avion aller-retour, une solution de logement à long-terme et une consommation locale, vous avez la garantie de ne pas recevoir de coup de fil de votre banquier avant un long moment. Le slow travel, c’est aussi passer plus de temps sur place et revenir à la quintessence même du voyage. La rencontre avec l’Autre, la possibilité d’en apprendre davantage sur la culture et les traditions locales et l’occasion de vivre des moments singuliers. Enfin, la pratique du voyage lent vous apprend à prendre le temps de prendre votre temps. Se perdre dans un endroit devient tout de suite beaucoup moins dramatique et les barrières linguistiques deviennent, au choix, un moment d’apprentissage ou une anecdote à raconter à votre retour.

Quelle destination privilégier pour le slow travel ?

Aucune destination ne se prête plus au slow tourisme qu’une autre. Tout dépend alors de vos intérêts, de vos envies et de votre tempérament naturel. Si vous vous lancez dans l’aventure seul(e) et que vous êtes plutôt angoissé(e) à l’idée de partir dans l’inconnu, partir en France ou en Europe est un premier pas. Si l’incertitude et le mystère vous font vibrer, prenez votre sac à dos, direction l’autre bout du monde, au Canada, au Costa Rica, en Thaïlande, en Inde ou en Nouvelle-Zélande, par exemple. Le plus important dans le slow travel n’est pas forcément la destination et ce qu’il y a à voir mais plutôt ce que vous allez y vivre et y découvrir.

Opter pour le slow travel, c’est opter pour le luxe de prendre son temps. Il ne vous reste plus qu’à vous y mettre.

À lire aussi
Les nouvelles tendances du voyage
Avril 2018
dans « C'est dans l'air »
5 alternatives aux destinations dépaysantes
Juin 2020
dans « Optimiser mon budget »